• C’était son rêve

    « I have a Dream », de Martin Luther King, Jr.,
    discours prononcé (traduction : http://www.biobble.com/web/biobble_dossiersh-34-440.html) sur les marches du Lincoln Memorial à Washington D.C., le 28 octobre 1963


    « Je suis heureux d'être avec vous aujourd'hui, pour ce qui deviendra la plus grande manifestation pour la liberté dans l'histoire de notre pays.

    Il y a 100 ans, un grand Américain, à l'ombre symbolique dans laquelle nous nous tenons aujourd'hui, a signé la Proclamation d'Emancipation. Cet important décret est arrivé tel une grande lueur d'espoir pour des millions d'esclaves de nègre qui avaient marqués par les flammes d'une l'injustice foudroyante. Il annonçait l'aube joyeuse qui allait mettre fin à leur longue nuit de captivité.
    Mais, un siècle plus tard, l'homme noir n'est toujours pas libre. Un siècle plus tard, la vie de l'homme noir reste entravée par les menottes de la ségrégation et les chaines de la discrimination. Un siècle plus tard, l'homme noir vit sur un îlot de pauvreté au milieu d'un vaste océan de prospérité matérielle. Un siècle plus tard, l'homme noir est encore langui dans les coins de la société américaine et se retrouve tel un exilé sur sa propre terre. Alors nous sommes venus ici aujourd'hui pour dramatiser notre effroyable condition.

    Dans un sens, nous sommes venus dans la capitale de notre pays pour toucher ce qui nous est du. Quand les architectes de notre république ont écrit les magnifiques textes de la Constitution et la Déclaration de l'Indépendance, ils ont signé un billet à ordre, dont tous les Américains devaient hériter. Cette note était une promesse que tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, seraient garantis « les droits inaliénables » de la « vie, la liberté et la poursuite du bonheur. » Il est aujourd'hui évident que l'Amérique a manqué à cette promesse envers ses citoyens de couleur. Au lieu d'honorer cet engagement sacré, l'Amérique a donné au peuple noir un chèque sans provisions, qui est revenu marqué « fonds insuffisants ».

    Mais, nous refusons de croire que la banque de la justice est en manque d'argent. Nous refusons de croire que les fonds sont insuffisants dans les grandes chambres fortes d'opportunité de ce pays. Et ainsi, nous sommes venus pour encaisser ce chèque, un contrôle qui nous donnera sur demande les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

    Nous sommes également venus à cet endroit sacré pour rappeler à l'Amérique l'urgence féroce de l'instant. Ce n'est pas le moment de nous adonner au luxe de laisser les esprits se calmer, ni de prendre la drogue tranquillisante d'une solution gradualiste. Il est temps maintenant de rendre réelles les promesses de la démocratie. Il est temps maintenant de s'élever hors de la vallée sombre et dégradée de la ségrégation et d'avancer sur le chemin lumineux de la justice raciale. Il est temps maintenant de soulever notre pays des sables mouvants de l'injustice raciale jusqu'au rocher solide de la fraternité. Il est temps maintenant de rendre réelle la justice pour tous les enfants de Dieu.

    Il serait mortel pour le pays d'ignorer l'urgence du moment. Cet été étouffé par le mécontentement légitime de l'homme noir ne se terminera que lorsque arrivera un automne vivifiant de liberté et d'égalité.

    1963 n'est pas une fin, mais un commencement. Et ceux qui espèrent que l'homme noir avait juste besoin de passer sa colère et qu'il est maintenant satisfait subiront un réveil difficile si le pays recommence à agir comme avant. Et il n'y aura plus ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu'à ce qu'on accorde à l'homme noir ses droits de citoyenneté. Les tourbillons de la révolte continueront à secouer les fondations jusqu'au jour où la lumière de la justice apparaîtra.

    Mais, il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui se tient sur le seuil menant vers le palais de la justice : En luttant pour prendre la place qui nous est due, nous ne devons pas être coupables d'actes injustes. Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de la liberté en buvant dans la coupe de l'amertume et de la haine. Nous devons toujours conduire notre lutte sur d'une manière digne et disciplinée. Nous ne devons pas permettre à notre protestation créatrice de dégénérer en une violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever dans les hauteurs où s'affrontent la force physique et la force de l'âme.

    Le nouveau merveilleux militantisme qui a englouti la communauté noire ne doit pas nous mener à une méfiance de toutes les personnes blanches, pour plusieurs de nos frères blancs, comme le démontre leur présence ici aujourd'hui, sont venus à se rendre compte que leur destin est lié à notre destin. Et ils sont venus à se rendre compte que leur liberté est inextricablement liée à la nôtre.

    Nous ne pouvons pas marcher seuls.
    Et pendant que nous marchons, nous devons nous engager à toujours marcher de l'avant.
    Nous ne pouvons pas revenir en arrière.

    Il y a ceux qui demandent aux passionnés des droits civiques, « quand serez-vous satisfaits ? » Nous ne serons jamais satisfaits tant que l'homme noir est victime des horreurs indescriptibles de la brutalité de police. Nous ne serons jamais satisfaits tant que nos corps, lourds de la fatigue du voyage, ne peuvent pas accéder au logement dans les motels des routes et les hôtels des villes. Nous ne serons jamais satisfaits tant que la mobilité de base de l'homme noir se fait d'un petit ghetto à un plus grand. Nous ne serons jamais satisfaits tant que nos enfants sont dépouillés de leur amour-propre et volés de leur dignité par un énoncé disant : « Pour des blancs seulement ». Nous ne serons jamais satisfaits tant que l'homme noir du Mississippi ne peut pas voter et que l'homme noir de New York croit qu'aucun vote ne lui sera favorable. Non, non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu'à ce que la « justice dévale comme un torrent et le droit comme un fleuve puissant ».

    Je ne suis pas sans savoir que certains d'entre vous sont arrivés ici après avoir traversé de grandes épreuves et tribulations. Certains parmi vous sortent tout juste des étroites cellules de prison. Certains parmi vous sont venus de régions où, dans votre quête pour la liberté, vous avez été meurtris par les orages de la persécution et renversés par les vents de la brutalité de la police. Vous avez été les vétérans de la souffrance créatrice. Continuez à travailler avec la foi que la douleur imméritée est rédemptrice. Retournez au Mississippi, retournez en Alabama, retournez en Caroline du Sud, retournez en Géorgie, retournez en Louisiane, retournez dans les taudis et les ghettos de nos villes nordiques, sachant que cette situation peut et sera changée de façon ou d'une autre.

    Je vous le dis aujourd'hui mes amis, ne nous complaisons pas dans la vallée du désespoir.

    Malgré le fait que nous devons faire face aux difficultés d'aujourd'hui et demain, je rêve. C'est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain.

    Je rêve qu'un jour ce pays se dressera et vivra alors la véritable signification de sa foi : « Nous tenons ces vérités comme évidentes en soi, que tous les hommes naissent égaux. »

    Je rêve qu'un jour sur les collines rouges de la Géorgie, les fils d'anciens esclaves et les fils d'anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

    Je rêve, qu'un jour même l'état du Mississippi, un état s'étouffant dans la chaleur de l'injustice et dans la chaleur de l‘oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

    Je rêve que mes quatre petits-enfants pourront un jour vivre dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau mais par la teneur de leur caractère.

    Je rêve aujourd'hui !

    Je rêve qu'un jour, au fin fond de l'Alabama, avec ses infâmes racistes, avec son gouverneur des lèvres de qui dégoulinent les mots « interposition » et « nullification », un jour, même là-bas en Alabama, des petits garçons noirs et des petites filles noires pourront joindre leurs mains à celles de petits garçons blancs et de petites filles blanches tels frères et sœurs.

    J'ai un rêve aujourd'hui !

    Je rêve qu'un jour chaque vallée sera rehaussée, et chaque colline et montagne sera aplanie, les terrains accidentés seront épurés, et les endroits biscornus seront redressés : « et la gloire du Seigneur sera révélée et tout ce qui est de chair la verra ensemble. »

    Ceci est notre espoir, et c'est avec cette foi que je retourne dans le Sud.

    Avec cette foi, nous serons capables de tailler hors de la montagne du désespoir une pierre d'espoir. Avec cette foi, nous serons capables de transformer la cacophonie des discordes de notre pays en une belle symphonie de fraternité. Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d'aller en prison ensemble, de se lever pour la liberté ensemble, sachant que nous serons libres d'un jour.

    Et ce jour arrivera, ce jour arrivera quand tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une nouvelle signification : « Mon pays c'est toi, douce terre de liberté, c'est toi que je chante.

    Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pèlerin.
    Que de chaque versant des montagnes, retentisse la liberté ! »
    Et si l'Amérique doit être une grande nation, ceci doit devenir vrai.
    Et ainsi laisser la liberté retentir des hautes collines du New Hampshire.
    Laisser la liberté retentir des puissantes montagnes de l'état de New York.
    Laisser la liberté retentir des majestueuses Alleghenies de la Pennsylvanie.
    Laisser la liberté retentir des Rocheuses enneigées du Colorado.
    Laisser la liberté retentir des pentes incurvées de la Californie.
    Mais de plus :
    Laisser la liberté retentir de Stone Mountain en Géorgie.
    Laisser la liberté retentir de Lookout Montain dans le Tennessee.
    Laisser la liberté retentir de chaque colline et taupinière du Mississippi.
    Que de chaque versant des montagnes, retentisse la liberté.

    Et quand cela arrivera, quand nous permettrons à la liberté de retentir, quand nous la laisserons retentir de chaque village et chaque hameau, de chaque état et chaque ville, nous serons alors capables de hâter l'arrivée de ce jour quand tous les enfants de Dieu, hommes noirs et hommes blancs, Juifs, Protestants et Catholiques, nous serons alors capables de joindre nos mains et de chanter l'ancien chant religieux des Noirs : « Enfin libres ! Enfin libres ! Merci Dieu tout puissant, nous sommes enfin libres ! » »



    Martin LUTHER KING, Jr,
    militant pour les droits des noirs américains,
    pasteur baptiste,
    né 15 janvier 1929 à Atlanta, Géorgie (États-Unis) et décédé le 4 avril 1968 à Memphis, Tennessee (États-Unis).


    Tous les ans, la mémoire de Martin Luther King est honorée lors de l'anniversaire de sa naissance, le 15 janvier.

  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Janvier 2007 à 17:01
    J'aime bien...
    ...ce discours ; mais j'aime aussi ce qui est biscornu, et je n'ai pas tellement envie qu'on vienne me redresser :) B'jour !
    2
    Mardi 23 Janvier 2007 à 17:21
    B'soir Gatrasz.
    Oui, ça, c'est du discours ! Enfin, c'est du discours parce qu'il est devenu célèbre (un passage du discours). Son auteur aussi, d'ailleurs.
    3
    Mardi 23 Janvier 2007 à 17:43
    Bonne soirée à toutes
    et à tous. A demain.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :